Devenir Partenaire

ACCUEILLIR UN CHANTIER SUR SA COMMUNE

Une façon originale de réaliser un projet pour votre commune en créant l’événement !

Les chantiers sont de véritables outils de dynamisation et des lieux privilégiés d’échanges interculturels et intergénérationnels. Ils contribuent à valoriser les richesses régionales et patrimoniales, et à promouvoir le bénévolat local, l’engagement citoyen et la mobilité internationale.

Sylvestre Petat, responsable Agenda 21, et Patricia Prandi, adjointe environnement de la commune de La Voulte sur Rhône (Ardèche, 5 000 habitants) nous livrent leur expérience concernant la mise en place de chantiers internationaux.

Pourquoi avez-vous choisi la « formule chantier » pour réaliser ce projet de restauration des accès au château sur la commune ?

Sylvestre Petat : Le chantier international ne vient pas en concurrence avec des artisans locaux. Les projets confiés relèvent en général d’une faible technicité mais d’un besoin important de main-d’œuvre. Ces travaux n’auraient jamais pu être réalisés autrement.

Patricia Prandi : La commune étant inscrite dans un agenda 21, ce projet correspondait à nos attentes : il allie la mise en valeur du patrimoine local et le lien, qu’il soit interculturel ou intergénérationnel. C’est tout à fait approprié à la démarche participative que nous avons mise en place dans la commune.

Quels autres intérêts voyez-vous dans l’implantation d’un chantier international sur une commune ?

P.P. : Nous voulions donner le goût de l’engagement et du bénévolat à nos jeunes. Leur montrer qu’un engagement local est possible, qu’on peut faire des choses. Avec J&R, ils ont accès à des projets internationaux qu’ils n’auraient pas connus autrement. Et puis, le chantier c’est une démarche autre, particulière. Une démarche d’accueil, d’échanges et d’engagement.

S.P. : Pour nous, il s’agit d’avoir un nouveau regard sur la ville : mobiliser les habitants, leur permettre d’avoir une nouvelle vision de La Voulte, de son bourg et de sa vie locale. Et bien sûr, à travers les travaux réalisés, valoriser, entretenir et faire connaître le patrimoine.

Lire l’intégralité de l’interview

Plus d’interviews

Ils accueillent des chantiers internationaux...

Jean Pierre LEFLOCH, maire d’Ambialet (Tarn, Midi-Pyrénées)

« A travers le chantier, nous voulions rendre possible l’accès du public aux ruines de notre château, et donc impacter notre développement touristique, tout en favorisant les échanges interculturels avec les jeunes et les habitants. Le pari a été gagné puisque les volontaires ont participé aux manifestations organisées par les associations et que les 42 élèves de notre commune ont participé à un échange très enrichissant avec les volontaires grâce à la mobilisation des enseignants ; un grand moment de partage grâce au dialogue et aux questions préparées par les élèves. Et puis, le chantier a aussi des effets sur certaines activités économiques locales, les structures sportives, les commerces de proximité et surtout le tourisme car beaucoup plus de visiteurs sont allés se promener sur les ruines du château. »

Micheline DELEAU, élue à la Commission Culture et Associations de la commune de Vaux-sur-Seine (Yvelines, Ile-de-France)

« La commune a accueilli un chantier international pour la première fois cette année (2011) ; notre objectif premier n’était pas de donner du travail aux volontaires, mais de leur faire connaître la commune et la culture française tout en dynamisant la commune par l’accueil. Les volontaires ont réalisé les travaux prévus, à savoir débroussailler les berges de Seine, qui sont un point de départ pour l’agrandissement du lieu de promenade pour les habitants de Vaux-sur-Seine. L’association AVRIL s’est vraiment investie dans l’accueil des volontaires en proposant des visites du patrimoine et des soirées gastronomiques. Les échanges ont également été importants avec les jeunes du centre de loisirs, les associations sportives, le personnel de la cantine et les agents techniques. Je tiens à ajouter que l’animatrice de Jeunesse et Reconstruction était très dynamique et qu’elle a su fédérer le groupe et favoriser les échanges avec les habitants. »

Christian MASCARENC, maire d’Aigues-Vives (Ariège, Midi-Pyrénées)

« Nous avons organisé un chantier car nous voulions une ouverture sur le monde vis-à-vis de ces jeunes étrangers et une passerelle pour les jeunes de notre village. »

Jacques LAFFONT, maire de Bellegarde-en-Forez (Loire, Rhône-Alpes)

« Nous souhaitons organiser des chantiers internationaux car ils représentent des temps d’échange et de rencontre qui permettent de démontrer que l’étranger est un homme qui pense, comme nous. De plus, les chantiers permettent de valoriser le bénévolat local ; les associations proposent des visites, des activités sportives, de la natation, de la danse, du kayak… »

Gérard GUILLAUME, maire de Montmorin (Puy-de-Dôme, Auvergne)

« Nous accueillons un chantier chaque été depuis presque 10 ans car nos objectifs d’échanges interculturels et de valorisation du bénévolat local sont toujours atteints, les échanges avec les jeunes sont très fructueux. Et cela va continuer car la restauration du four n’est pas terminée ; le chantier de l’année prochaine permettra d’achever ce travail ! »

Alexandre BILA, conseiller municipal de Villard-Reculas (Isère, Rhône-Alpes)

 « Je suis un ancien de Jeunesse et Reconstruction et j’ai souhaité mettre en place un chantier car notre commune a besoin de retrouver une dynamique impliquant les habitants. Les volontaires ont réalisé des travaux dans le village afin de rendre le cadre de vie plus agréable : construction de murets en pierres, habillage des transformateurs électriques selon les techniques traditionnelles. Ce chantier a permis de donner une ambiance conviviale à la commune et des effets économiques ont été ressentis par les commerces locaux. »

Anne-Laure Mathias, conseillère municipale communication et environnement de Poleymieux  (Rhône, Rhône-Alpes)

« Nous avons organisé notre premier chantier en 2001 pour reconstruire un four à chaux : il nous a permis de remporter un prix du patrimoine. Tout naturellement, nous avons réinvesti les gains du concours dans la réalisation d’un autre chantier cette fois pour rénover un ancien ermitage. »

Jean-François RICHER, adjoint au maire de Château-Gaillard (Ain, Rhône-Alpes)

« Nous travaillons depuis plusieurs années en partenariat avec Jeunesse et Reconstruction sur la restauration du four à pain de la commune ; cette année le groupe a terminé la rénovation en faisant le jointage des pierres sur les murs.  Nous sommes satisfaits car l’utilisation des fours est plus importante. Autre point positif, nous avons fait l’objet de nombreux articles dans la presse locale et avons même eu la chance d’avoir un reportage TV !!! »

Henri FORGUES, président de la Communauté de Communes des Baronnies (Hautes-Pyrénées, Midi-Pyrénées)

« Nous avons voulu accueillir un chantier international pour tenter une expérience nouvelle favorisant les échanges culturels tout en améliorant les sentiers de randonnée. Les travaux ont été réalisés et auront probablement des effets sur le tourisme grâce à la réhabilitation des sentiers. Seul petit bémol : un chantier de 15 jours est trop court pour mobiliser les habitants, mais l’expérience a été très enrichissante pour les élus et le personnel de la Communauté de Commune des Baronnies ! A renouveler ! »

Marie-Luce ARNOUX, maire de Chambost-Longessaigne (Rhône, Rhône-Alpes)

« Notre objectif, en organisant un chantier, était de provoquer une ouverture et une diversité culturelle auprès des jeunes du village dans lequel la différence n’a pas beaucoup de place, nous voulions créer une animation sur le territoire du village. Nous sommes satisfaits car l’objectif a été atteint : les échanges avec les jeunes ont été très importants, ils ont organisé des repas, des sorties, des activités sportives, se voyaient le soir après le travail et certains sont même toujours en contact ! »

JC Demay, conseiller municipal de Pommiers (Rhône, Rhône-Alpes)

« Nous avons accueilli notre 10ème chantier en 2011 car ces échanges sont fructueux pour les jeunes que nous recevons ainsi que pour notre village ; découverte d’une autre jeunesse, échanges linguistiques. Nous sommes motivés pour faire découvrir notre région et notre culture dans le monde. Ces chantiers permettent la restauration de notre patrimoine (murs en pierres sèches qui sont à l’abandon). Nous espérons créer une émulation auprès des propriétaires pour reconstruire ou sauvegarder ce patrimoine. Ce but n’est pas encore atteint mais les échanges avec la population se développent d’année en année. »

Jacques KLEM, maire de Chaussenac (Cantal, Auvergne)

« Nous souhaitions, grâce aux chantiers internationaux, proposer une ouverture vers le monde et une animation communale. Nos objectifs ont été atteints et, en plus, cela nous a apporté un regard extérieur sur la vie communale, nous avons découvert des objets d’intérêt patrimonial dans le clocher et des fonctionnaires de la DRAC se sont même déplacés sur notre commune ! »

Alain FAURE, maire de Gelles (Puy-de-Dôme, Auvergne)

« Nous renouvelons l’expérience chantier tous les ans depuis 5 ans car les échanges sont très riches, surtout lors de la fête patronale que nous organisons : les volontaires participent au défilé dans le costume traditionnel de leur pays ! Cela dynamise vraiment la commune, d’autant plus que les associations sont très investies et proposent des animations tous les jours aux volontaires ! »

LES BÉNÉFICES DU CHANTIER POUR VOTRE COMMUNE ET SES HABITANTS

  1. Un temps fort dans la vie locale donnant lieu aux échanges interculturels et intergénérationnels
  2. Une incitation pour les habitants (jeunes et moins jeunes) à s’intégrer dans cette dynamique à travers la  promotion du bénévolat et de la  mobilité internationale
  3. Une opportunité de (re)découvrir sa propre culture et la richesse de son patrimoine local
  4. Un outil de dynamisation et de développement local, notamment en privilégiant les commerces locaux  (marchés, primeurs itinérants, fermes, boulangeries, épiceries…).

Les projets possibles

Restaurer

des bâtiments et monuments historiques classés ou inscrits (châteaux, tours, prieurés…), le petit patrimoine local (lavoirs, fours, fontaines, moulins…), le bâti traditionnel (murs en pierres sèches, ruelles pavées…), des bâtiments communaux ou locaux associatifs, des lieux de culte (chapelles, oratoires, calvaires…)

Aménager

des rivières et cours d’eau (débroussaillage des berges, nettoyage du lit, irrigation et drainage), des sentiers pédestres, équestres ou cyclistes, des lieux d’accueil (aires de détente, parcours de santé…)

Animer

des manifestations locales (festivals, événements culturels…), des actions de solidarité auprès de populations en difficulté ou en réinsertion, des activités au sein de foyers (pour jeunes ou personnes âgées) et de structures accueillant des personnes handicapées


DES ÉQUIPES DE PROXIMITÉ VOUS ACCOMPAGNENT

  • Des salariés permanents conduisent le montage des  projets sur le terrain
  • Des coordinateurs recrutés par J&R supervisent le bon déroulement des chantiers
  • Des animateurs pédagogiques, formés par J&R, encadrent les groupes de volontaires pour le travail, la vie quotidienne et l’organisation des loisirs.

Reportez-vous à la rubrique contact pour connaître votre interlocuteur J&R privilégié !

Nos partenaires financiers

  • Les bailleurs d’ouvrages : communes, communautés de communes et associations locales
  • Les collectivités territoriales : conseils généraux, conseils régionaux
  • Les services déconcentrés de l’Etat : DRJSCS, DRAC et DREAL

Nos bailleurs d'ouvrages en 2016

Ci-dessous vous trouverez la liste par régions des communes et des associations partenaires en 2016 :

Auvergne

Franche-Comté

Ile-de-France

Midi-Pyrénées

Nord-Pas-de-Calais

Pays De La Loire

Provence-Alpes-Cote-d’Azur

Rhône-Alpes

×
×